Regards croisés sur la PMA : Sarah, patiente et Julie, psychologue

Julie Guarinos Marcaud, psychologue et Sarah Bussière, patiente en parcours PMA

Quel rôle peut jouer le psychique dans la fertilité ? Comment un psychologue peut-il aider à identifier et surmonter certains blocages lorsque l’on est en PMA ? En quoi une approche « psycho-corporelle » peut-elle être bénéfique ? Julie, thérapeute, et Sarah, patiente aujourd’hui jeune maman, nous partage leur histoire des deux côtés du miroir de la Procréation Médicalement Assistée (PMA).

Découvrez leur interview croisée : 

Sarah, peux-tu nous raconter ton parcours de Procréation Médicalement Assistée (PMA) ?

Sarah : Cela faisait cinq ans que nous n’utilisions pas de contraceptif et deux ans que nous essayons d’avoir un bébé. Nous avons alors décidé avec mon conjoint de consulter. J’ai tout d’abord consulté mon médecin généraliste qui m’a prescrit un bilan sanguin. Puis, j’ai pris rendez-vous pour être suivie par une gynécologue spécialiste de la PMA. En parallèle, j’ai suivi des séances de psychothérapie avec Julie. J’ai eu la chance de tomber enceinte avant de devoir poursuivre les examens médicaux. Je suis aujourd’hui maman d’une petite Eleanor. 

 

Pourquoi as-tu fait le choix d’aller voir une psychologue à ce moment de ton parcours PMA ? 

Sarah : Je sentais que quelque chose me bloquait. Je n’ai pas consulté pour la PMA spécifiquement, j’avais plutôt l’objectif de me mettre en paix avec mon chemin. Je souhaitais creuser les thématiques autour du fait d’être mère, autour de la famille et du changement d’organisation familiale. J’avais besoin d’être rassurée et sécurisée.

Je connais Julie, je sais comment elle travaille. Elle a une approche psycho-corporelle, c’est-à -dire fondée sur la thérapie psychologique et physique. J’étais convaincue que c’était ce genre de thérapie qu’il me fallait pour me remettre du lien entre mon corps et mon esprit.

Psychologue PMA Julie Guarinos Marcaud Sarah Bussière

Qu’est-ce que l’approche psycho-corporelle ? 

Julie : C’est une pratique qui lie psychologique et physique en mettant en avant les ressentis et émotions psychologiques reliés à notre corps. Corps et esprit sont deux entités qui peuvent être bloquées et qui sont trop souvent dissociées. Le psycho-corporel permet de les réaligner.

Cette approche permet d’identifier les blocages dans le psychisme, dans le corps ou dans les émotions. Nous regardons les blocages dans les systèmes : la problématique n’est pas linéaire, par exemple elle ne se résume pas à « j’ai une problématique avec ma fertilité ». La problématique va au-delà de la question du moment. Nous adoptons une approche globale en observant les liens familiaux, personnels mais aussi corporels.

 

Sarah, tu étais alors en essai bébé. Quels ont été les principaux liens sur lesquels vous avez travaillé ?

Sarah : Le premier lien auquel nous nous sommes intéressées, et peut-être le plus important, est le lien mère – fille, en particulier avec la première fille. Dans l’histoire de ma famille, j’avais observé une façon d’être avec ce premier enfant qui me terrorisait. Je ne voulais pas faire la même chose. Je ne voulais pas faire vivre ce lien à ce premier enfant, qui n’est même pas encore existant.

Julie Guarinos Marcaud psychologue Sarah Bussière psychologue

Julie, comment as-tu aidé Sarah à surmonter ces blocages familiaux dans son parcours PMA ?

Julie : Plusieurs points intéressants sont entrés en compte, notamment la relation que nous avons eue dès le début. Puis, ensemble, nous avons remonté la filiation de sa mère, sa grand-mère, son arrière-grand-mère pour trouver le problème à la source et régler ce problème de blocage.

 

Certains patients font face à des blocages profonds. Comment les surmonter ?

Julie : Il faut parvenir à les accueillir, les identifier car tant que ce n’est pas acquis, on ne peut rien faire, on ne peut pas évoluer. La thérapie se fait dans le lien, c’est une relation et c’est quelque chose qu’on ne peut pas faire seul. Donc j’accompagne et soutiens les patientes.

 

Une fois que cette problématique identifiée, Sarah, comment l’as-tu surmontée ?

Sarah : En séance, cela secoue beaucoup. Il y avait de la peur et de la colère et c’était très difficile à accepter. J’ai avancé car je me sentais en sécurité avec Julie. Elle m’a permis de faire face à ces émotions intenses : je savais que si je tombais, elle serait là avec moi. Au-delà des séances, c’est l soulagement qui domine. Je suis soulagée de me sentir à nouveau alignée avec moi-même, et c’est un très beau cadeau ! 

Femme et psychologue parcours PMA

Julie, en tant que psychothérapeute, qu’est ce que ce parcours avec Sarah t’as apporté ?

Julie : En tant que psychologue, on voit tout le chemin et les évolutions de chacun. Voir que tout ce qu’a mis en œuvre Sarah a fonctionné est l’un des plus beaux cadeaux pour un thérapeute.

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes en parcours PMA ?

Sarah : Il faut s’écouter psychologiquement avec toutes les questions qui peuvent nous passer par la tête, mais aussi écouter son corps. S’il y a des choses qui bloquent, ce n’est pas grave, on peut les poser avec un thérapeute et les surmonter petit à petit.

Julie : Il faut s’autoriser à consulter, pouvoir demander de l’aide quand c’est nécessaire. Nous-aussi, en tant que thérapeutes, nous nous faisons accompagnés. Nous sommes des êtres de lien et nous avons besoin des autres pour avancer. Enfin, faites-vous confiance : souvent, notre corps sait mieux que notre tête. Écoutons notre corps pour nous faire accompagner. 

SUR ELLES

Julie Guarinos Marcaud est psychologue et psychothérapeute, fondatrice de la Maison Yuji et spécialiste des approches psycho-corporelles. 

Après ses études, elle s’est intéressée à des formations en thérapie psycho corporelle, yoga thérapie… et a décidé de créer des lieux tels que la Maison Yuji, où l’on prend soin de sa santé émotionnelle, relationnelle, physiologique, environnementale et cognitive. Elle est également présidente et fondatrice de l’institut Lucia, une association qui œuvre au déploiement de la santé intégrative et dirige le centre de formation Lucia aux côtés de Sarah, directrice générale.

Sarah Bussière est psychologue, psychothérapeute, directrice générale de l’Institut Lucia, centre de formations spécialisé dans la santé intégrative. Elle est la maman d’Eleanor. 

Lors de ses études en psychologie, elle développe sa sensibilité dans des pratiques telles que la méditation en pleine conscience, le biofeedback, la danse… Elle ouvre son cabinet où elle propose une forme de thérapie mêlant le psycho, le corporel, l’émotionnel. En 2022 elle devient directrice générale de l’institut Lucia Formations aux côtés de Julie Guarinos Marcaud.

Je partage :

Articles les plus populaires

Prenez soin de vous au Salon Dulcy

Une fois par mois, offrez-vous une pause dans votre parcours avec le courrier du Salon Dulcy

Que recherchez-vous ?

Cela devrait vous intéresser

Rejoignez la communauté Dulcy sur Instagram

Vous n'êtes pas seule. Rejoignez la communauté Dulcy.

Pas de spam toutes les semaines mais une newsletter ponctuelle remplie d’amour et d’énergie pour vous faire du bien.

Tâche soutien PMA
Tâche soutien PMA