Notre grande enquête sur la congélation d’ovocytes : aidez-nous en 2 minutes à faire changer les choses

Pourquoi la micronutrition peut vous aider dans votre parcours PMA

Fanny Janier_Naturopathe

Depuis 2017, Fanny Janier accompagne les patients en Procréation Médicalement Assistée (PMA) en tant que naturopathe. Elle-même passée par ce parcours pour devenir maman, en raison d’une infertilité inexpliquée, elle nous partage pourquoi et comment la micronutrition a changé sa vie et celle de nombreuses personnes qu’elle suit.

Bonjour Fanny, comment êtes-vous devenue naturopathe ?

Maman de trois enfants tous issus de la PMA, je suis passionnée par mon métier de naturopathe. Mais cette activité fait suite à un changement de vie, il y a maintenant six ans.  En effet, j’ai commencé ma carrière dans le milieu sportif, notamment dans l’équitation et le ski. Puis, j’ai opéré un virage en me reconvertissant dans le secteur financier. Au cœur de ce monde artificiel, j’ai totalement oublié ce qu’était la vie et l’hygiène de vie. J’ai donc voulu revenir à ma passion et je me suis formée pour devenir naturopathe. Pour cela, j’ai obtenu plusieurs Diplômes Universitaires en faculté de médecine dans la micronutrition. Je suis spécialisée en accompagnement de grossesse et de fertilité.

Vous êtes vous-même passée par la PMA. Quel a été votre parcours ?

Cela a duré plus de cinq ans. J’ai vécu plusieurs fausses couches et grossesses extra-utérines. Après ma première fausse couche, j’ai subi un énorme traumatisme et mon cycle s’est déréglé. Je n’ai pas eu de règles pendant plusieurs années. 

Le corps médical s’est finalement aperçu que l’une des causes d’infertilité provenait de mon mari qui avait un mauvais spermogramme. Il s’est donc fait opérer par la suite. Notre premier enfant est né grâce à une Fécondation In Vitro (FIV), notre deuxième par une Insémination Artificielle (IA) et notre dernier enfant est né presque naturellement, avec juste un suivi et une stimulation hormonale.

Dans votre parcours de PMA, comment avez-vous été accompagnée sur les sujets de nutrition ?

J’ai eu la chance d’être très bien entourée, bien accompagnée par des gynécologues formidables.  L’un d’eux m’a énormément aidé et c’est un peu grâce à lui que je fais le métier de naturopathe. En outre, j’ai consulté une naturopathe qui m’a fait découvrir l’hygiène de vie globale,  la gestion du stress et des émotions et la nutrition.

Fanny Janier_Naturopathe

Vous êtes devenue à votre tour naturopathe. Était-ce une évidence de prendre cette voie ? 

Je suis issue d’un milieu très cartésien et scientifique. Dans ma famille, il est impensable de guérir avec autre chose que des médicaments et des antibiotiques. Je partais de loin pour devenir naturopathe.

Pendant mon propre parcours de PMA, je me suis rendue compte de l’errance médicale. Je n’arrivais pas à tomber enceinte et personne ne pouvait m’expliquer pourquoi. Je me suis donc tournée vers toutes les portes existantes au-delà de la médecine classique.

Une rencontre a été déterminante : celle d’un médecin généraliste,  acupuncteur, faisant de la micronutrition et de la médecine chinoise. Un jour, il m’a lancé “A-t-on essayé de comprendre pourquoi vous n’arriviez pas à tomber enceinte ?”. C’est le premier à avoir posé cette question. Il m’a alors beaucoup parlé de gestion du stress et d’hygiène de vie. Ma FIV suivante a fonctionné. Est-ce une coïncidence ? On ne le saura jamais.

C’est alors devenu une évidence pour moi : j’ai obtenu des diplômes pour me lancer dans la naturopathie. Personnellement, je pense que, si la médecine de base est inévitable en PMA, le corps doit également être prêt pour que cela fonctionne. À nous de devenir acteurs et actrices de notre parcours.

 

Ce médecin vous a accompagné avec des principes de micronutrition. En quoi consiste cette pratique ? 

La micronutrition est une approche diététique différente de la nutrition, elle se base sur l’approche des besoins fonctionnels de l’organisme comme les vitamines, minéraux, oligo-éléments, anti-oxydants et non sur les calories. Cela permet d’individualiser les régimes alimentaires et les conseils. 

Cette approche permet d’aller chercher de quoi les femmes ont besoin pour pouvoir tomber enceinte et on sait que dans la fertilité il y’a de nombreux micro-nutriments, acides gras ou autre qui sont importants.

On oublie totalement l’approche calorique, la micronutrition n’est pas là pour faire maigrir les gens, on veut que le corps soit dans la meilleure position possible pour accueillir un enfant.

Aujourd’hui, comment aidez-vous vos patients à changer leur alimentation ? 

C’est extrêmement difficile de changer d’alimentation, cela demande un effort personnel, de la volonté. Ce que je leur demande surtout, c’est “d’arrêter d’arrêter”, comme par exemple arrêter le gluten, le lactose… Cela engendre des risques de carences et cela frustre parfois les clients.

Il vaut mieux enrichir ses assiettes plutôt que les restreindre. Il y a des choses très simples à mettre en place, par exemple au lieu d’utiliser que de l’huile d’olive, on peut mettre aussi de l’huile de colza pour avoir des oméga 3 et 9.

Fanny Janier_Naturopathe

Comment s’adapter si une personne a un régime particulier comme un régime végétarien ou encore végane ?

Pour ce type de régime, c’est assez simple car généralement les personnes sont déjà engagées. De ce fait, c’est plutôt du rééquilibrage, pour ne manquer de rien.  Il faut surtout faire attention à l’équilibre de l’assiette, et pour les personnes vegan parfois il faut passer par des compléments alimentaires car l’assiette ne suffira pas ce qui engendre des carences.

Évidemment, il faut toujours être au cas par cas, car c’est facile de dire aux gens de manger des céréales complètes mais pour les personnes ayant un intestin irrité ou irritable c’est plus difficile. En effet, ils ne pourront pas changer leur régime comme ils le souhaitent et il faudra donc passer par la restauration de l’intestin avant de modifier les assiettes.

Il faut toujours se méfier des conseils donnés par des amis, car chaque personne est différente et ce qui fonctionne chez l’un ne fonctionnera pas forcément chez l’autre.

 

En tant que naturopathe et ancienne femme en parcours de PMA, quelle est votre plus grande fierté ?

Mes enfants, évidemment ! Mais aussi d’avoir réussi à prouver à un médecin jeune diplômé, gynécologue spécialisé en infertilité qui m’avait dit : “Madame vous n’aurez pas d’enfants”. C’est une fierté de lui prouver par A + B que j’ai réussi et que je n’en ai pas eu qu’un mais trois.

D’autre part, ma fierté en tant que naturopathe, c’est chaque annonce de grossesse, surtout pour les femmes et couples qui ont vécu un parcours très long. Mais aussi à toutes les femmes qui n’auront pas d’enfants, je suis fière de les avoir aidé, de les avoir soutenues et d’avoir eu leur confiance. J’y tiens beaucoup et je n’oublie pas toutes ces personnes là, que j’ai tout de même pu accompagner autrement que dans leur parcours PMA.

 

Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux patients actuellement en PMA ? 

Gardez espoir, continuez d’y croire, de faire confiance au corps médical, de déléguer ce stress du côté technique de la médecine. Les spécialistes sont là pour ça et il faut avoir confiance. Il vaut mieux se concentrer sur l’accueil du futur enfant, travailler sur vous-même, ne vous oubliez pas et gardez l’amour du couple, cultivez l’amour au quotidien.

 

Je partage :

Articles les plus populaires

Prenez soin de vous au Salon Dulcy

Une fois par mois, offrez-vous une pause dans votre parcours avec le courrier du Salon Dulcy

Que recherchez-vous ?

Cela devrait vous intéresser

Rejoignez la communauté Dulcy sur Instagram

Vous n'êtes pas seule. Rejoignez la communauté Dulcy.

Pas de spam toutes les semaines mais une newsletter ponctuelle remplie d’amour et d’énergie pour vous faire du bien.

Tâche soutien PMA
Tâche soutien PMA